Des milliards de tapis de cheveux

Andreas Eschbach
2004
SF

Quelque part aux confins de l’Empire, sur un monde oublié de tous… une petite planète apparemment anodine. Sauf que, depuis des temps immémoriaux, les hommes s’y livrent à une étrange occupation : tisseurs de père en fils, ils fabriquent des tapis de cheveux destinés à orner le Palais des Étoiles de l’Empereur. 
Pourtant, une étrange rumeur circule. On raconte çà et là que l’Empereur n’est plus. Qu’il serait mort, abattu par des rebelles. Mais dans ce cas, à quoi – ou à qui – peuvent donc servir ces tapis ?

Résumé personnel : Sur une planète poussiéreuse et misérable, les hommes sont tenus d’une main de fer par la religion sacrée de l’Empereur. Loué soit son nom, loué soit son règne immortel. Les tisseurs, eux, ont un rôle privilégié dans tout cela : des cheveux de leurs femmes et de leurs filles, ils mettront toute une vie pour tisser un unique tapis, qui sera destiné à être foulé par les pieds du saint Empereur. Une vie qui sera aussi misérable et poussiéreuse que leur planète, mais pourtant ils en seront heureux, car ils auront bien servi l’Empereur. Mais que se passerait-il si un grain de sable venait dérégler cet immense engrenage religieux ?


Mon avis : Je suis restée scotchée par cette histoire. L’univers décrit y est complexe et complet, et on apprend à le découvrir à travers de le regard de plusieurs personnages. L’écriture est audacieuse, car à l’instar des tapis tissés de cheveux, l’auteur nous livre son oeuvre à travers plusieurs trames qui s’entrecroisent et se nouent, jusqu’à la révélation finale : à quoi servent donc ces tapis de cheveux ? 

Critique du pouvoir, des motivations de chacun, et surtout, critique de la foi aveugle et bornée, ce livre est une merveille de SF : dénoncer à travers un univers fictif. Et cette prise de position n’alourdit pas du tout le récit, tant le mystère nous porte. On a parfois l’impression de se perdre au milieu des différentes trames présentées, mais au final, tout prend sens. 

Tout au long du livre j’ai échafaudé plusieurs théories sur ces fameux tapis, et la réponse a dépassé toutes mes espérances. Vraiment, il y avait longtemps que je ne m’étais pas régalée à ce point avec un bon livre.
Je le conseille aux amateurs de SF qui en ont déjà un peu lu, car il est plus facile de planter le décors et les technologies quand on est un familier du genre. Pour la tranche d’âge, je dirait bien 16-17 ans, car l’histoire y est tout même complexe et profondément triste.

Attention tout de même, ce livre a une particularité qui pourrait en rebuter certain. On suit tout au long du récit plusieurs personnages dont les destins ont tous un trait commun : le tragique. Mais le récit ne nous livre pas toujours la fin de ces petites histoires secondaires. Ces récits sont là pour servir le grand Tout, ce qui fait qu’on laisse parfois beaucoup de questions de coté ( Mais que lui arrive-t-il ? Et finalement, est-ce qu’il s’en sort ? … ). A réserver donc à ceux qui aimeront compléter par eux-même les quelques trous de l’histoire.
 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :