Lois McMaster Bujold

Écrivaine de SF & fantasy américaine (2 novembre 1949 -)

Lois fut technicienne de pharamacie dans un hôpital, avant de brillamment réussir dans le milieu de la SFFF grâce aux premiers tomes de sa célèbre saga de space-opera : La saga Vorkosigan.

Son oeuvre signe un véritable renouveau dans le domaine de la SF, de part le traitement de ses personnages : ils sont imparfaits et touchants, ils sont humains. Terminé le héros surpuissant, beau et charmeur. Miles Vorkosigan, que l’on suivra tout au long de la série depuis sa naissance dans Barrayar, est aussi brillant qu’il est laid et difforme. Petit, bossu, il n’en est pas moins charmant et drôle. L’autrice réussira ce que certains échouent à faire avec ce type de personnage : on rit avec lui, et non de lui. On aura tout au long de ses aventures, l’occasion de le voir grandir, échouer, réussir et s’accomplir.

L’autrice signe avec cette saga une oeuvre aussi touchante que puissante, de par son propos politique (critiquant notamment ceux qui envoient des milliers d’hommes à la mort en restant confortablement assis dans des salons tendus de soieries), que féministe (elle y aborde la question du viol de guerre et des femmes soldates) et anti-validiste (Miles, s’il est extrêmement intelligent, reste un homme lourdement handicapé par son physique difforme).
Un vent d’air frais, donc qui souffle sur un genre bien trop souvent considéré comme masculin et froid.

Sa saga, qu’elle a étoffée avec le temps, s’étale donc sur toute la vie de son héros, en partant de la rencontre de ses parents et passant par quelques détours dans le passé afin d’enrichir son univers.
Pour vous situer, voici les titres de la saga complète ( en sachant qu’à présent la série est disponible en intégrale complet chez Nouveaux Millérnaires ) :

Opération Cay, 1997 ((en)Falling Free, 1988) (Environ 200 ans avant la naissance de Miles Vorkosigan )
Cordelia Vorkosigan, 1994 ((en)Shards of Honor, 1986)
Barrayar, 1993 ((en)Barrayar, 1991)
L’Apprentissage du guerrier, 1996 ((en)The Warrior’s Apprentice, 1986)
Les Montagnes du deuil, 1998 ((en)The Mountains of Mourning, 1989)
Miles Vorkosigan, 1992 ((en)The Vor Game, 1990)
Cetaganda, 1998 ((en)Cetaganda, 1996)
Ethan d’Athos, 1997 ((en)Ethan of Athos, 1986)
Le Labyrinthe, 1998 ((en)Labyrinth, 1989)
Les Frontières de l’infini, 1998 ((en)Borders of Infinity, 1989)
Un clone encombrant, 1995 ((en)Brother in Arms, 1989)
La Danse du miroir, 1995 ((en)Mirror Dance, 1994)
Memory, 1999 ((en)Memory, 1996)
Komarr, 2000 ((en)Komarr, 1998)
Ekaterin, 2001 ((en)A civil campaign, 1999)
Le Poison du mariage, 2014 ((en)Winterfair Gifts, 2002)
Immunité diplomatique, 2003 ((en)Diplomatic Immunity, 2002)
L’Alliance,  ((en)Cryoburn, 2010)
La Reine Rouge,  ((en)Gentleman Jole and the Red Queen, 2016)

Pour ceux qui souhaite débuter, j’ai déjà rédigé un article sur le premier tome, Cordelia Vorkosigan, ici.


L’autrice signera également une série de fantasy, Le cycle de Chalion :

Le Fléau de Chalion, 2003 ((en) The Curse of Chalion, 2001)
Paladin des âmes, 2004 ((en) Paladin of Soul, 2003)
La Chasse sacrée, 2006 ((en) The Hallowed Hunt, 2005)

Ainsi qu’une série de romans courts se situant dans l’univers du Cycle de Chalion :

Le Démon de Penric, 2016 ((en) Penric’s Demon, 2015)
Publié en français dans Chalion – L’Intégrale, recueil composé également des trois premiers romans du cycle et paru aux éditions Bragelonne en 2016
(en) Penric and the Shaman, 2016
(en) Penric’s Fox, 2017
(en) Penric’s Mission, 2016
(en) Mira’s Last Dance, 2017
(en) The Prisoner of Limnos, 2017
(en) Penric’s Progress, 2020

Je n’ai pas encore eu l’occasion de lire ses romans de fantasy, mais j’ai toute confiance dans leur qualité.

En résumé Lois McMaster Bujold est une écrivaine brillante qui a su ré-humaniser un genre parfois trop mécanique et froid.

Je vous laisse sur cette citation, tirée de La reine rouge, de la Saga Vorkosigan :

Les Vorkosigan vous faisaient cet effet. Ils vous jetaient du haut d’une falaise en s’attendant à ce que vous assimiliez les leçons de vol pendant la chute. Et pourtant, si une fée ambigüe – ni bonne ni mauvaise – apparaissait soudain, au milieu de vos hurlements et vous offrait de tout annuler, de renvoyer votre existence à la case départ, vous la rejetteriez.
Troublant.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :